24 septembre 1684 : Elliant, déclaration de Catherine Brichet

De Milamzer
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Almanach
Almanach

Calendrier : Grégorien

1001      1101      1201      1301      1401      1501      1601      1701      1801      1901      2001      2101
-|---------|---------|---------|---------|---------|---------|--------|---------|---------|---------|---------|



Source : FRAD044_B_1244, registre, folio 195, recto


Sénéchaussée de Concq - Foesnant et Rosporden : Réformation du domaine et confection du Papier terrier.

Ci-dessous la déclaration de Catherine BRICHET du 24 septembre 1684.
Elle commence au folio 195, recto.
Orthographe "modernisée".


[ folio 195, recto ]


Déclaration et dénombrement des maisons, terres et héritages que damoiselle Catherine BRICHET veuve et communière de défunt noble homme Jan LE GUILLOROUX, sieur de Penanech, advocat en la Cour, faisante en son nom privé et pour les enfants de leur mariage, demeurante en sa maison de Gorréquer proche le Bourg paroissial d'Elliant, tient et possède prochement, ligement en partie noblement et en autre roturièrement du Roy nostre Sire et souverain seigneur soubs son domaine et recette de la châtellenie de Rosporden, en la paroisse d'Elliant, aux debvoirs de foy et hommage, droit de chambellenage, lods et ventes, rachapt, suite de Cour et de moulin et autres debvoirs seigneuriaux et féodaux, selon et ainsy que la nature du fief le requiert chargée de cens et cheffrentes cy-après déclarés, fournit et présente au Roy devant messire François Martinaux seigneur de Princé, conseiller du Roy, maistre ordinaire en sa Chambre des Comptes de Bretagne, commissaire député par arrêté du Conseil d'Estat du troiziesme aoust mil six cents quatre-vingt, et septiesme juillet mil six cent quatre-vingt-un pour la confection du Papier terrier et Réformation des domaines de Quimper, Carhaix, Châteauneuf-du-Faou - Huelgoat et Landeleau, Quimperlé, Gourin, Châteaulin, Concq - Foesnant et Rosporden et escuyer Jan de La Pierre sieur du Faouédic, aussi conseiller du roy, sénéchal et juge ordinaire desdites châtellenie de Concq - Foesnant et Rosporden, pour satisfaire aux ordonnances des messieurs ses commissaires publiés aux prônes des grandes messes du ressort de ladite sénéchaussée.

Lesquels héritages consistent [folio 195, verso]

Scavoir 1er


[ Un grand corps de logis au Bourg d'Elliant ]

[~ La Maison de Calan ]

Dans un grand corps de logis à trois estages, couvert d'ardoises à deux pignons et .?. à raz, ayant de hauteur à deux costières, à prendre du fond de la cave vingt-quatre pieds [ 8 m env. ], de longueur cinquante-trois pieds et demi [ 18 m env. ], et de franc saize [ 5,30 m env. ]. Au boult oriental de laquelle maison est bâti [un] autre corps de logis couvert de paille servant d'écurie et d'autres commodités audit corps de logis, construit à deux costières et à divers pignons, contenant de long, jusques à un talus de pierre qui sépare le jardin desdits logements du côté de Levant d'un courtil étant au derrière d'autres logements y faits construire nouvellement par ladite Brichet à l'orient de ladite écurie étant au fief de Tréanna, trente et neuf pieds et demy [ 13 m env. ], de franc saize [ 5,3 m env. ] et de hauteur dix [ 3,3 m env. ]; ayants à leur derrière, au Midi un jardin à terrasse de la même largeur qu'est ladite longueur de bâtiment susdits ; contenants en fond trente et six cordes et demy de terre, lesdits maisons et jardin faites et bâties sur les vieilles mazières et courtils nommés du Dereat
Donnants au Couchant sur une venelle quy les sépare des jardins et appartenances du manoir presbytéral de ladite parroisse, laquelle aboutit au Nord sur la place et issues dudit Bourg et du Midy sur le bas chemin conduisant de Keranmoalic à Saint-Cloud ; ledit jardin au bas bout d'icelui donne pareillement sur ledit chemin, et à l'Orient lesdits jardins et écurie sur le courtil ci-devant exprimé et logements bâtis de neuf par attache à icelle écurie ; et du Nord encore lesdits logements sur la place et issue dudit Bourg et chemin conduisant d'icelle place [folio 196, recto] à Rosporden.
Les tous situés au Bourg parroissial d'Elliant et chargés à la recette de ladite chatellenie de trois sols six deniers monnoye de cens et rente féodale payable au Vieux Marché d'Elliant à chaque jour et fête de saint Gilles en septembre au receveur du domaine.
Et sont le fonds desdites maisons et jardins advenus à ladite Brichet et à sesdits enfants par les avoir acquis, son défunt mary et elle, jointement avec la terre de Landanet et autres héritages, des héritiers du sieur de La Hazaye de La Roüe, par contract du traiziesme juillet mil six cent cinquante et cinq, qu'elle induira [ présentera ].
Et à présent possédés à simple ferme par le sieur de Rosloüet Le Guillou, notaire et procureur à Concquerneau.

2

[ Le manoir de Landanet ]


Le manoir et lieu noble de Landanet sittué en ladite parroisse d'Elliant consistant dans deux corps de logis couverts d'ardoise ; autres logements couverts de paille servants d'escurie et autres nécessités, métairies, crèches, augeard, ayant leur cours closes, porte à fembroys, jardins, vergers, courtils, four, fournil, puits, placître et autres issües, boys de haute fustaye, rabines, bois taillis, terres chaudes et froides, closes et en frostages, prés fauchables et à pasture avec les terres tenues à domaine congéable audit manoir par le nommé charles MONFORT ainsi que le tout se contient s'entrejoignant par ensemble fors séparations de fossés et hayes et quelques chemins de servitudes.
Contenants en fonds suivant le mesurage en fait [ qui en a été fait ] par pièces, le nombre de six journeaux vingt et deux cordes, soubs maisons, courts, jardins, vergers, [ folio 196, verso] courtils, bois de haute fustaye, taillis, rabines soubs parcs en terre chaude trente journeaux et demy et douze cordes et demi ; soubs prés fauchables deux journeaux et trois quarts journal ; soubs prés à pasture un journal et vingt trois cordes ; soubs terres froides closes vingt et trois journeaux et demi ; et soubs frostages et montaignes onze journaux et vingt cordes.
Et outre [de] se joindre, donnent du Nord sur le grand chemin qui conduit du Bourg paroissial d'Elliant à Châteaulin ; de l'Orient sur les terres du village de Kergo [ Kerho ] et sur le bief du Moulin de Saint-Cloud ; du Midi sur le ruisseau qui dévale de la Montaigne de Keriagu [ Keriagou ] pour se rendre au bief dudit Moulin de Saint-Cloud ; et de l'Occident sur terres du Manoir de Coat Coustance [ Coat Coustans ] et du village de Menez Meur.
Dans lequel cerne sont aussi les terres chaudes et froides, roturières en prés et parcs relevants de la seigneurie de Tréanna contenants quatre journeaux de terre chaude et huit de terre froide dépendant du Manoir de Landanet.
Lesquelles terres roturières sont situées entre le grand chemin d'Elliant à Châteaulin, le village de Mesfal, ceux de Kermorin et Kergo.
Ledit manoir de Landanet et terres en dépendant sus embonnés chargés à la recette du domaine de ladite châtellenie de Rosporden de seize sols monnoye de chefrente payable au receveur d'icelle à chaque jour et fête de la saint Gilles en septembre au Vieux Marché d'Elliant.
Icelles tenues en main par ladite Brichet qui le fait manœuvrer par des particuliers à titre de moitié.
Et sont, ledit manoir et terres en dépendant tant nobles que roturières, advenus à ladite Brichet pour les avoir acquis et son défunt [mari], d'avec les héritiers dudit [ folio 197, recto ] sieur de la Hazaye de la Roüe par le contrat susdaté.

3

[ Penzorn ]


Le village de Pensorn en ladite paroisse d'Elliant, consistant en ses logements couverts de paille, four, porte à fembroys, aire à battre, placître, jardin, verger, courtils et rabines, contenants en fonds quatre journeaux et treize cordes de terre chaude avec le nombre d'autres vingt-six journeaux sept cordées de terre chaude soubs le taillis nommé Coat bihan ; en plusieurs parcs de divers noms et terres froides aussy en plusieurs parcs le nombre de dix-huit journeaux et demy et cinq cordes. Et finalement soubs prés fauchables deux journeaux et trois quarts journal.
Et toutes lesdites terres en un même cerne et se joignent fors séparation de haies et fossés et en outre joignent à l'Orient sur le chemin qui mêne du Manoir de Tréanna à Rosporden, et sur une partie de terres dépendant du village de Ty Mao cy-après ; du Midy au ruisseau qui descend de Pont an Mao au Pont Stang Pleustic , à l'Occident sur terres du village du Plessix [ Quinquis ] et au Nord au chemin qui conduit du Bourg d'Elliant à celui de Coray.
Dépendant en outre dudit village, Parc Cozperen du contenant de trois journeaux de terre chaude, Parc nevez aussi du contenant de trois journeaux de terre chaude, une garenne nommée Goarem an Stang du du contenant de six journeaux de terre chaude.
Plus Parc an Douar Go terre froide, contenant un journal de terre et une autre petite nommée Menez an Stang du contenant un journal et demy de terre froide ; lesdites [ folio 197, verso ] pièces de terre dernières dénommées donnant à l'Orient sur la Montaigne de Kerivelen, au Midy sur les terres dudit village de Ty Mao, à l'Occident sur le Chemin de Tréanna à Rosporden et du Nord sur les Taillis de Pensorn cy-après, avec le taillis contenant huit journeaux trente cordes donnant à l'Orient sur un chemin de servitude conduisant du village de Pensorn, du Midy sur les garennes du village de Kerivelen cy-après, du Couchant sur autres taillis dépendant de Botdaniel ?.
Et est advenu à ladite Brichet et à sesdits enfants ledit village et dépendances pour l'avoir acquis à tiltre de simple vente conjointement avec ceux de Kertanguy et de Ty Mao d'avec escuyer Thomas Thiery, fondé en procure du seigneur marquis de Mollac [ Sébastien III de Rosmadec ], par contract du treizième juin mil six cent cinquante et cinq, à la charge de relever de la seigneurie de Tréanna prochement et ligement et de lui payer sur chacun desdits villages deux deniers thournois en nature de chefrente, [les]quelles rentes ? avec son appropriement elle induira.
Ledit village [est] pareillement tenu en main par ladite Brichet depuis les congéments par elle et son feu mari exercés vers les domaniers ensuite de [après] leur acquêt.
Et lequel elle fait labourer par Jean RAOUL à moitié ; et n'a connaissance qu'il fut dû sur icelui ni [sur les] terres de ses dépendances aucuns cens ni chefrente au Roy, ni à son domaine.
Lequel village et les suivants elle emploie en sadite déclaration, pour obéir à la sentence de Messieurs les commissaires du vingt et quatrième de janvier mil six cent quatre vingt quatre, rendue sur la déclaration de ladite Maison de Tréanna qui la déboute de la mouvance sur iceux villages et qui ordonne [ folio 198, recto ] d'en reconnaître le Roy comme son seigneur lige.

4

[ Ty Mao ]


Le village de Thy Mao consistant pareillement dans tous les logements accoustumés, ayant jardin, verger, courtils, aire à battre, porte à fembroys, placître et issues du contenant d'un journal et demy et trois cordes de terre chaude, Parc an Leur, Parc an Portz, Parc an Quistinic, Parc an Foennec bras, Parc an March, Parc an Feunteun, Parc an Ster et Foennec bras, du contenant de neuf journaux de terre chaude, cinq journaux et neuf cordes de terre froide et d'un journal et demy en pré.
Lesdites terres se joignant par fossé et haies et sont bornés à l'Orient et au Midy du ruisseau qui descend du village de Kerivelen à Pont ar Mao, d'Occident du chemin de Tréanna à Rosporden, et au Nord des terres dépendantes de Pensorn.
Plus dépend du même village les pièces nommées Parc bihan, contenant un journal de terre, Parc en Hent Meur deux journeaux de terre froide, Parc an Foennec bihan, un journal de terre chaude nommé Foennec bihan trois quarts journal.
Qui [lesquels], outre se joindre, donnent à l'Orient audit Chemin de Tréanna à Rosporden, du Midy au ruisseau dudit Pont ar Mao à Pont Stang Pleustic, à l'Occident et Nord sur les terres dudit village de Pensorn.
Et est pareillement advenu ledit village à ladite Brichet comme le précédent, par acquest dudit sieur de Thyery agissant pour le seigneur marquis de Mollac, par même contrat et à même [ folio 198, verso] charge qu'elle a amplement exprimé cy-devant où elle se refère pour les deux et pour le suivant.
Par elle aussi tenu en main [de]puis en avoir congédié les domaniers.

5

[ Kertanguy ]


Le village de Kertanguy pareillement acquis du seigneur marquis de Mollac par le susdit contract et soubs mêmes charges que les deux précédents, consiste en ses logements couverts de paille, terres chaudes et froides et en prairies du contenant de huit journeaux suivant la déclaration de Jean LE MASSON détenteur dudit village en date du saiziesme juin mil six cents trante et quatre, fournie à la seigneurie de Tréanna, de laquelle il faisait dépendances avant ledit transport que ladite Brichet induira ; d'autant que ledit village est encore possédé à même titre par les héritiers dudit Le Masson, soubs la taille de dix sept livres et deux chapons, corvées et six sols pour champart.
Ledit village située comme les précédents en ladite parroisse d'Elliant

[~ Stang Askel ]

Plus ladite Brichet èsdits noms, par cause dudit contract, est fondée en la propriété du quart de la montaigne froste et indivise nommée Menez Pensorn ou [ Menez ?] Kertanguy situé en ladite paroisse entre ledit village de Kertanguy, la Villeneuve Kernez [ La Villeneuve Lorvillon ] et autres ; laquelle contient soixante six journaux suivant l'ancien mesurage [ 1540 - Item 404 ] et du temps que messieurs les commissaires la donnèrent en féage à Jan de Tréanna, Ollivier Trémarec, Christophe Blohio et Rolland du Menez à raison de cinq deniers [folio 199, recto] monoye, laquelle chefrente de vingt et sept sols six deniers monnoye pour ladite cause, ladite Brichet s'oblige solidairement payer avec lesdits autres portionnaires au receveur du domaine de ladite châtellenie de Rosporden au jour qu'elle se doit payer, sur les gages et hypothèque de la dite Montaigne et généralement de tous ses autres biens tandis qu'elle en fera le profiltement.

6

[ Kervélen ]


Le village de Kerivellen situé en ladite paroisse d'Elliant, consistant en ses logements couverts de paille, en divers corps de logis, avec son four, porte à fembrois, puits, jardin clos et cerné de muraille et murette et en verger de même, aire à batterie, courtils, placître et issues, contenants en fonds de terre chaude trois journaux avec les parcs de terre chaude nommés An Foennec Uhella, Parc an It Uhella, [Parc] an It Ysella, an Poullennec marre et Parc bihan, contenant ensemble onze journeaux trois quarts journal et seize cordes ; et en autre parcs terre froide quatre journaux et trois quarts journal et neuf cordes et soubs prés fauchables trois journaux et demy et une corde ; lesdites terres et prés s'entrejoignants ensemble fors séparation de fossé et haies et donnent à l'Orient et Midy sur terres du village de Keroudrain de l'Occident et du Nord donnent sur le ruisseau qui dévale des terres audit Keroudrain pour se rendre à Pont ar Mao, et sont lesdites terres chargées à la recette dudit domaine de Rosporden à la fête de Saint Gilles en septembre de vingt sols monnoye et au terme de la Chandeleur d'une renée avoine, tourte et géline payable [folio 199, verso ] au receveur d'icelle au Vieux Marché d'Elliant.

7

[ Bullien - Parcou Kerdiouzedou ]


Plus appartient à ladite Brichet auxdites qualités en ladite paroisse, ès issues du village de Bullien, six parcs appelés Parcou Kerdiouzedou s'entrejoignants fors séparations de fossés, deux d'iceux terre chaude contenant quatre journaux et vingt trois cordes et les quatre autres parcs, terre froide, contenants ensemble huit journaux et demy et sept cordes.
Donnants lesdits six parcs, à l'Orient sur la montaigne dite Menez Glas, au Midy sur le Grand chemin qui conduit dudit village de Bullien audit Quimper et du Nord sur Menez Bullien ou Thoroz Kerdiouzedou [ Tarros Kerdiouzedou ]
Item autre parc nommé Crazlan terre chaude avec une prée contenant ensemble un journal et trente six cordes ; plus trois aultres parcs aussi appelés Parcou Crazlannou, terre froide aussi s'entrejoignants fors séparation de fossés contenants ensemble trois journeaux et quinze cordes, donnants à l'Orient et Occident sur terres dépendant dudit village de Keranvéau, du Midy sur terres du village de Penanlen, et du Nord sur ledit Grand chemin de Rosporden à Quimper.
Icelles terres tenues et profiltées sous elle à tiltre de domaine congéable par Yves LAGADEC et consorts pour lui en payer de taille, par argent trois livres douze sols tournois six chapons et corvées et reconnait qu'ils est dû de chefrente à la recette de ladite châtellenie de Rosporden huit sols et neuf deniers monnoye et un demi quarteron de froment, payables au terme de la Chandeleur.

8

[ Liorz an Briz ]


Comme aussi une portion dans un courtil nommé [folio 200, recto ] Liorz an Briz situé au Bourg paroissial d'Elliant consistant en six cordes de terre chaude échu à sesdits enfants de la succession dudit feu sieur recteur deladite paroisse d'Elliant, laquelle portion elle aurait délaissé à tiltre de domaine congéable aux nommés Jan COUBOUDEC et Michel LE BORNIC pour en payer de taille la somme de dix Livres, en laquelle portion ils ont depuis la baillée qu'elle induira, fait batir des logements et fait faire d'un jardin entre eux suivant la permission leur accordée par ladite baillée.
Et donnent à l'Orient sur l'issue dudit Bourg nommée Gorrréquer, du Midy sur un chemin de servitude qui conduit dudit Gorréquer à Tachen an Barz [ Parrez ?], du Nord sur le courtil à Jan LE FLAO et du Couchant sur autre courtil à Me Pierre KERAUDREN.
Et est tout ce qui appartient à ladite Brichet audit Courtil an Briz et n'a connaissance qu'il fut dû aucun cens ni chefrente au domaine sur lesdites six cordes de terre avec offre toutefois de les soumettre à la dite charge si les titres du Roy les portent et non autrement, et n'avoir été avant ladite baillée arrentée, mais tenue en main par ladite Brichet.

9

[ La Maison du Floch ou Kerluhan ]

[~ Cour Le Reste ]

Reconnaît ladite Brichet qu'il est dû au domaine à ladite Châtellenie de cens par chacun an payable à la fête de saint Gilles en septembre au receveur d'icelle quatre sols six deniers monnoye sur une maison et ses terres situés audit Bourg d'Elliant ès issues d'icelui nommée La maison du Floch ou Kerluan qui lui appartient et à sesdits [ folio 200, verso ] enfants ; laquelle est au proche fief de la seigneurie de Tréanna et paye ladite censive en décharge de la même seigneurie.

10

[ Gorréquer ]


Reconnaît pareillement qu'il est dû au Roy au susdit terme, de dessus un lieu nommé Gorréquer situé proche ledit Bourg d'Elliant et terres de ses appartenances, huit sols six deniers monnoye payables aussi en acquit de ladite seigneurie de Tréanna au proche fief de laquelle ledit lieu est tenu ; lequel lui appartient et à sesdits enfants.

11

[ Courtil à Gorréquer]

[ ~ École publique ]

Et que dans le placître dudit Gorréquer à côté du Chemin conduisant dudit Bourg de Rosporden est un courtil clos et cerné de talus contenant huit cordes de terre, cerné de tous endroits de chemins ; étant au Midy dudit lieu de Gorréquer, un chemin charretier entre deux, que ladite Brichet déclare tenir prochement et ligement du Roy et en devoir sur iceluy l'an de pareil cens cinq sols monnoie payable audit jour et fête de Saint Gilles au receveur de ladite châtellenie.

12

[ Terres à Penfoennec Uhella ]


Reconnaît pareillement ladite Brichet qu'il est dû à ladite châtellenie sur quelques terres dépendantes du village de Penfoennec Uhella en ladite paroisse d'Elliant et qui lui appartient, la chefrente d'un quarteron de froment payable au Fief Gauvain au jour de la Chandeleur ; desquelles la prochaine ligence a été jugée [ folio 201, recto ] au propriétaire dudit fief sur sa déclaration.


[ Tourc'h ~ Guénégant Isella ]

[ Le Manoir de La Rivière ]

[ En interligne : ]
Plus deux sols monnoye de chefrente sur Gouelet Guenegan ou Guenegan Issella à présent Le Manoir de la Rivière paroisse de Tourch en l'acquest de la seigneurie de Coetheloret.

13

[ Kerampéléter ]


La moitié du village de Kerampelleter situé en la trêve de Sainct-Yvy prédite paroisse d'Elliant, possédé à titre de domaine congéable sous ladite Brichet par Jan LE FUR et consorts, pour lui en payer de taille la somme de vingt et deux Livres dix sols, corvées et pour champart par chaque journal d'escaubüe, un minot de seigle de rente ou constitud en attendant les frachir pour cens vingt Livres restés à payer des droits réparatoires ? Et se payent au nommé Le Guillou pour sa quote part de pareille taillée Laquelle moitié de village consiste dans les logements accoustumés ainsy qu'ils sont spécifiés par la déclaration lui [à elle] fournie par ledit Le Fur qu'elle induira.
Et dans plusieurs pièces de terre tant chaudes que froides et soubs prairies et frostages aussi amplement desnommées et exprimées par ladite déclaration en date du sixième janvier mil six cent cinquante et neuf. Jusques au montant de trois journeaux et six cordées en ce qui est au fief du roy ; le surplus des terres employées en ladite déclaration étant au proche fief du Prieuré de Locamand. Sur lesquelles choses elle reconnaît qu'il est dû au Roy à la recette de sa châtellenie de Rosporden, la somme de vingt et sept sols tournois au receveur d'icelle chaque fête de saint Gilles en septembre ; en décharge de ce qui est dû sur la totalité dudit village.
Echu [ folio 201, verso ] au défunt mari de ladite Brichet de la succession de défunt Missire Henry GUILLOROUX en son temps recteur de ladite paroisse d'Elliant qui en auroit fait le retrait par acte du quatrième décembre mil six cent quarante et six qu'elle induira pareillement.

14

[ Kerancaillarec ]


Le village de Kerancaillarec situé en ladite paroisse d'Elliant en la trêve de Sainct-Yvy consistant dans la tenue nommée du Madou à présent possédée par Pierre FLATRÈS et consorts soubs les enfants de la dite Brichet pour lui en debvoir payer la taillée d'un demi minot et moitié d'autre demi minot de froment, un minot et demi de seigle, et un chapon. Faisant la moitié de l'ancienne taillée due sur ladite tenue à missire Henry Le Guilloroux dont l'autre moitié est payable à Louis GUILLOU desdites terres, de laquelle terre et ses appartenances ladite Brichet n'en spéciffierra autrement le contenant pour être actuellement en procès avec lesdits tenanciers pour les obliger à lui fournir déclaration vers lesquels elle a obtenu jugement confirmé par arrêt ; et est sur le point de faire apposer les saisies pour les contraindre faute de fournissement de déclaration, reconnaissant toutefois que ledit village en plusieurs tènements être chargé au domaine de sa recette de ladite châtellenie de Rosporden la somme de quarante et cinq sols monnoie de chefrente, payable au receveur d'icelle au jour et fête de la saint Gilles en septembre. Laquelle chefrente a été acquittée par ledit Flatrès [ folio 202, recto ] et autres qui peuvent avoir représenté les quittances sur autres déclarations du même village au domaine, avec obligation toutefois qu'elle fait d'entrer dans la solidité d'icelle avec les autres consorts ; sauf recours entre eux.

[ 15 ]

[ Une maison à Rosporden ]


Plus appartient à ladite Brichet, de son estoc, une maison couverte d'ardoise située dans la Ville de Rosporden prédite paroisse d'Elliant [vis] à vis le Levant de la Prison ; estante située au bout vers le Nord de la Halle de ladite ville. Contenante de long quarante et trois pieds [ 14,30 mètres env. ] de largeur dix-huit [ 6 mètres env. ] et de hauteur autres dix-huit pieds ; ayant sa cour et son jardin au derrière, cerné de murailles, sur lequel jardin est bâti autre maisonnette servant d'écurie et d'autres nécessités à la précédente, couverte de paille, ayant de longueur trente-quatre pieds et demi [ 11,50 m env. ] de large treize [ 4,30 m env. ] et de hauteur douze [ 4 m env. ] ; contenante en fonds [ ... blanc ... ] cordes, dessus laquelle maison et ses appartenances est dû de cens et rente au domaine de ladite châtellenie de Rosporden cinq sols monnaie, payable une fois l'an au receveur d'icelle.
Et lui est, ledit héritage, échu de la succession de damoiselle Françoise LANDIEIZIAU ~, sa tante, décédée il y a plus de quarante ans.


Et tous les autres contenus et mentions en ladite déclaration pour avoir été acquis par son défunt mari et elle, par les contrats qu'elle induira fors lesdites rentes de Kerampelleter, Kerancaillarec et portion de Liorz ar Briz qui étaient advenus à sondit mari de la succession [ folio 202, verso ] de Missire Henry Le Guilloroux aussi décédé plus de trente ans y a ; le rachapt duquel a été acquitté aussi bien que celui de son feu mari.


Laquelle présente déclaration, ladite Brichet èsdits, affirme véritable en tous ses points à sa connaissance sans y vouloir augmenter ni diminuer ; au payement et continuation desdits devoirs le cas échéant, affecte et hypothèque les héritages, fruits et revenus d'iceux, pour sur le tout, être procédé suivant les ordonnances royaux et coustume de ce pays ; avec pouvoir à Maître Jan Le Guillou, son procureur audit Concq, chez lequel elle a élu domicile, de présenter ladite présente déclaration à Messieurs les commissaires en requête acte pour icelle être reçue et enrolée dans le Papier terrier ; et généralement de faire, agir et procurer ce touchant ainsi que requis sera.

Ce qu'elle a ainsi voulu, et généralement de faire et agir promettante avoir le tout pour agréable, ferme et stable et n'en venir encontre par foy et serment.

Fait et gré pris au Bourg d'Elliant au tablier des notaires soubsignants, sous le signe de ladite Brichet pour son respect o les nostres, ce jour vingt et quatriesme de septembre en mil six cent quatre vingt quatre, après midy.

En interligne...

[ Signatures de : ]
Catherine Brichet
Jacques? Le Guillou, notaire royal
Le Roux, notaire royal


[ folio 203, recto ]

[ Sentence, recopiée plus tard par un greffier ]

Par sentence de messieurs les commissaires du 5ème septembre? 1684, insinuée au 3ème volume des sentences, folio 215, la présente déclaration [ a été ] reçue à la charge de payer
- sur ladite maison, cour et jardin et autre issue située à Elliant, trois sols six deniers monnoye,
- et sur le manoir de Landanet et dépendances, seize sols monnoye,
- sur Menez Pensorn vingt-sept sols six deniers, jointement et solidairement avec les autres détenteurs de ladite montagne,
- sur le village de Kerivellen vingt sols monnoye, une rennée avoine, une tourte et géline,
- sur parcs nommés Parcou Diouzedou aux issues du village de Bullien huit sols neuf deniers monnoye et deux quarterons froment,
- sur la maison du Floch et dépendances quatre sols et six deniers monnoye, - sur un courtil étant dans le placître du lieu de Gorréquer cinq sols monnoye,
- et sur terres dépendantes du village de Penfoennec Uhellaff un quarteron de froment,
- sur Guenegan Isellaff ou manoir de la Rivière deux sols monnoye,
- sur la moitié du vilage de Kerampeleter vingt-sept sols thournois en décharge de ce qui est dû sur la totalité dudit village,
- sur le village de Kerancaillarec quarante cinq sols monnoye,
- et sur la maison située en la ville de Rosporden ?
- De chefrente au surplus sans modification ?

[ signature de : ]
x , greffier